Arabe et Juif à la fois, une identité meurtrière?

Enfant, mes parents me racontaient des souvenirs du pays. Ils me dépeignaient les paysages avec nostalgie, riaient de leurs bêtises d’adolescents et évoquaient avec un amour pudique l’image de leurs parents. Ma mère, évoquait souvent son amitié avec Sarah, une fille juive avec qui elle avait l’habitude de jouer et de chanter ces mélodies arabo-andalouses précieusement conservées.

Le chanteur Salim Halali, symbôle de la culture judéo-maghrébine et de l’unité du Maghreb

J’ai souvent été interpellé par l’opposition qui est faite entre judéité et arabité. Un Arabe ne pourrait être juif, et un Juif ne pourrait être arabe?! On pourrait trouver une contradiction à être à la fois musulman et juif ou chrétien et juif ou encore chrétien et musulman. Bien qu’avec une pointe d’ouverture d’esprit on accepte la complexité d’une identité religieuse. Alors qu’une importante minorité du monde arabe et en particulier du Moyen Orient est chrétien, en quoi il serait antagonique qu’une part du monde arabe soit juive précisément au Maghreb?

« Tu sais ce qu’ils voient ces gens quand ils me regardent ? Ils voient un arabe. Un juif certes, mais qui reste un arabe! »

La série télévisée « The Spy«  du réalisateur israélien Gideon Raff, résume bien la complexité de l’identité judéo-arabe. Dans le premier épisode, le personnage principal, Eli Cohen a ses mots: « Tu sais ce qu’ils voient ces gens quand ils me regardent ? Ils voient un arabe. Un juif certes, mais qui reste un arabe! » Cette affirmation pose d’abord la question de l’identité arabe? Si on devait répondre par la génétique, effectivement le monde arabe se verrait réduit principalement à la péninsule arabique et partiellement aux pays du Levant (Liban, Palestine, Jordanie et Syrie). Mais une approche génétique de la question identitaire, serait d’abord passéiste, ne répondrait plus aux enjeux du monde moderne et surtout n’évoquerait pas la langue et la culture comme vecteurs d’appartenance identitaire. L’identité arabe serait alors le fruit d’une pratique de la langue arabe et d’un attachement à des références culturelles communes.

Les communautés juives du monde arabe répondaient à ces deux exigences. Elles parlaient dans leur majorité (il existait aussi une communauté juive berbère principalement au Maroc) un dialecte citadin de l’Arabe (à Constantine, Damas, Fès Alexandrie, ou Tunis) et culturellement ces communautés bien qu’ouvertes à la modernité avaient un amour particulier de la tradition arabe. Ainsi les juifs du Maghreb sont parmi les plus grands protecteurs de la musique arabo-andalouse, on peut citer Zohra Al Fassia au Maroc, le Cheikh Raymond Leyris en Algérie ou encore Habiba Messika en Tunisie. En Orient, ils participent à une renaissance de la culture arabe, on peut citer les grands compositeurs Daoud Hosni et Saleh Al Kuwaiti ou encore l’homme politique iraquien Sassoon Eskell.

Photo de la famille Nakkache en habit traditionnel, célèbre famille d’artistes de Constantine, Algérie

Bien que les juifs arabes aient subi aussi des massacres notamment sous le règne des Almohades, les juifs arabes sont plutôt intégrés et jouissent d’une relative liberté en comparaison aux juifs européens et ce jusqu’en 1930. Le statut de « dhimis » conféré par l’Islam, les soumet à un impôt spécifique et leur épargne le service militaire mais les prive aussi de postes à responsabilité. Des exceptions à ce statut ont existé, principalement durant la période d’Al Andalus, où Kaula al-Yhûdi un chef militaire juif participe à la conquête arabo-musulmane de l’Espagne et du Portugal. Aussi, Samuel ibn Nagrela a été le premier sujet juif à être nommé grand vizir et grand chef des armées de Grenade en 1027. C’est aussi durant cette période que l’on voit l’essor d’une théologie juive de langue Arabe (lire article ici).

En 1870, le décret Crémieux en octroyant la nationalité française aux juifs algériens mais pas aux musulmans marque le début d’un divorce. En 1917, la déclaration de Balfour permet l’établissement d’un foyer juif en Palestine, des colons juifs fuyant l’antisémitisme virulent de l’Europe s’installent en Palestine. C’est à la même période que le socialisme arabe vient s’opposer aux idées sionistes. La création de l’Etat d’Israël, en 1948 met sur la route de l’exode forcé plus de 700 000 Palestiniens: c’est la « Nakba » (la castastrophe). A cette Nakba, les pays arabes répondront par l’expulsion de plus 900 000 juifs qui s’installeront principalement en Israël et en France.

Depuis le conflit israélo-palestinien, l’Arabe est devenu pour le Juif cet ennemi qui assiège Israel et souhaite sa destruction. Le juif est devenu pour l’arabe cet ennemi sioniste qui souhaite l’anéantir et le déposséder de sa terre

Pourtant, depuis quelques années de nombreux juifs se réapproprient leur héritage culturel arabe. De l’autre côté, de jeunes arabes s’intéressent à l’histoire de ces juifs arabes. On voit naître de nombreuses collaborations où, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble ce patrimoine arabe commun. Dans la vidéo ci dessous, la chanteuse Sarit Hadad israélienne (Hadad est un nom de famille courant dans le monde arabe) rend un vibrant hommage à la plus grande cantatrice du monde arabe: Oum Kalthoum.

A la question, qu’y a-t-il de contradictoire à être arabe et juif? Nous ne pouvons que répondre qu’il n’y a aucune contradiction. L’antagonisme voulu entre judéité et arabité n’est qu’une construction politique des extrémistes des deux cotés.

Pour ceux qui souhaitent développer le sujet je vous conseille la série d’Arte « Juifs et Musulmans, si loin si proches » ou encore le roman d’Eduardo Halfon « Monastére » qui pose bien la question des identités multiples, lui qui est à la fois juif, arabe et latino américain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :